Carnet de route

Randonnées dans le " Boue-Fortain"

Sortie :  Randonnée Beaufortain du 11/07/2021

Le 04/09/2021 par Catherine Papier

Après deux reports, le séjour d’été dans le Beaufortain peut enfin avoir lieu non sans avoir été soumis à quelques modifications entre le projet d’origine et son déroulement du 11 au 18 juillet dernier ; La crise sanitaire étant passée par là, d’une semaine d’itinérance dans la partie la plus alpine du territoire, le séjour propose désormais six randonnées à partir d’un camp de base, l’Auberge du Poncellamont à Arêches, village-station de sports d’hiver et d’été de Beaufort.

Le programme alléchant propose comme temps forts l’ascension du Grand Mont (2686 m) à ne pas manquer pour son panorama exceptionnel, le lac d‘Amour et la Pierra Menta , symbole de la région, le refuge de Presset et ses bouquetins, le Vallon de la Gittaz et son Chemin du Curé.

Hélas, c’était sans compter avec la ènième goutte froide. Pourtant, le séjour commence sous les meilleurs auspices avec une belle boucle en guise de mise en jambes au départ du Planay : Montée au Refuge des Arolles par le Chornais, le Lac Brassa, le Lac Tournant (aujourd’hui asséché), la Tête de Cuvy et sa table d’orientation. La situation météorologique se dégrade en fin de journée annonçant pluies et nuages bas s’invitant pendant les quatre jours (et parfois nuits) suivants.

Qu’à cela ne tienne : Mardi 13 juillet, cap (et capes de pluie) sur le Rocher du Vent et son canyon au départ du Plan de La Lai. La traitrise d’un passage boueux surprend Edith qui s’enfonce jusqu’à la ceinture et l’oblige à retourner avec Jean au point de départ et Arêches. Nous continuons à sept, atteignons le canyon enneigé, faisons quelques photos dans la brume avant de redescendre, bien trempés, au parking. Nous nous changeons pour pique-niquer au sec à l’intérieur du Refuge Caf du Plan de la Lai dont l’accueil chaleureux et les succulents desserts nous réconfortent. Les conditions ne s’améliorant pas l’après midi, nous décidons de rejoindre le Vallon de la Gittaz et son hameau après avoir laissé les voitures garées près du barrage. Nous bravons le vent, la pluie et les névés, encore bien présents même à basse altitude compliquant la traversée des torrents, pour enfin apercevoir l’entrée du fameux Chemin du Curé. Retour par le même itinéraire.

Le lendemain, abandonnant toute velléité de gravir le Grand Mont, au départ du Lac de Saint Guérin nous partons pour un aller-retour à la découverte du Cormet d’Arêches via le Lac des Fées; la Croix du Berger (2250 m) le Plan des Marmottes (les seules marmottes visibles du séjour) et le Refuge de la Coire où nous pouvons manger notre sandwich à l’abri d’un ciel maussade bien que moins pluvieux. Au Sud, le regard plonge vers Granier et la Tarentaise tandis qu’au nord-est, le col du Coin, sur le GRP du Tour du Beaufortain, joue à cache-cache avec les nuages.

Les deux jours d’itinérance au départ du Plan de la Lai avec nuit au Refuge de Presset entre le 15 et le 16 juillet sont maintenus malgré les intempéries : Nous suivons l’itinéraire de la Petite Berge, Grande Berge et faisons l’impasse sur le Lac d’Amour pour arriver directement au refuge par le Col de Bresson (2469 m) après une progression de 6 heures dans la boue, les sentiers envahis par les ruisseaux furieux et les névés encore plus présents. Malgré cela, nous arrivons à plaisanter sur ces circonstances et le mental tient bon ainsi que les jambes (encore que…). Le refuge de Presset, rénové récemment, est confortable: Un bon poêle à bois autour duquel nous nous réchauffons et faisons sécher l’essentiel pour le lendemain; un bon goûter qui nous réunit autour de grandes et solides tables, des dortoirs spacieux et fonctionnels (pour ceux qui dorment au premier niveau). Isolés dans les nuages, nous ne profitons pas de la vue pourtant exceptionnelle sur la Pierra Menta (si l’on en croit les photos circulant sur le Net). La décoration du refuge nous instruit sur la géologie de la Combe de la Neuva, Combe par laquelle nous redescendons le lendemain (après quelques hésitations) en franchissant le col du Grand Fond à 2671 m d’altitude ; passage enneigé entre la Pointe de Presset et l’Aiguille de la Nova. Heureusement, même si la Combe et le Col sont orientés au Nord, la neige est bonne et la trace est suffisamment lisible pour rester sur l’itinéraire du GRP Tour du Beaufortain. Nous le quittons pour bifurquer à la fin vers le Plan de la Lai.

Cette randonnée sur deux jours plus minérale que les jours précédents s’achève sous le soleil qui revient progressivement dans l’après midi.

Dernière journée de randonnée, le samedi 17 Juillet : C’est le même jour que l’Ultra-trail du Beaufortain. La course évitant Arêches et ses environs, c’est à la Roche Parstire (2109 m) via le Crêt Gérel et le Col du Pré que nous montons; nous longeons sa crête jusqu’au passage de la Charmette et revenons sur Arêches par le hameau classé de Boudin. Une grande boucle avec les panoramas tant attendus à couper le souffle sur le Lac de Roselend et le Mont Blanc ; Et même si la Pierra Menta persiste une fois encore à rester cachée derrière les nuages, nous ne boudons pas notre plaisir.

Ce que, je le crois, tous les participants retiendront de ce séjour, hormis une météo calamiteuse, c’est un hébergement au top, avec une équipe aux petits soins proposant des menus de qualité savoureux et originaux faisant oublier les désagréments du jour.

En guise de conclusion à ce séjour, il reste de quoi retourner dans le Beaufortain puisque nous ne sommes pas allés au sommet du Grand Mont, ni allés admirer les Lacs de la Tempête et le Lac d’Amour, ni n’avons passé le col à Tutu au pied de la Pierra Menta, ni foulé le Chemin du Curé et la crête des Gittes.

Rendez-vous lors d’une prochaine édition … avec une météo plus clémente et sans contraintes sanitaires si possible !

CLUB ALPIN FRANCAIS CHARLEVILLE ARDENNES
12 RUE DE LA PAIX
08000  CHARLEVILLE-MEZIERES
Contactez-nous
Tél. 0615060002
Activités du club
Agenda